La fascination pour le triathlon est grandissante

Le triathlon est un hobby qui prend du temps. Les trois disciplines différentes constituent un défi pour les athlètes amateurs et professionnels. Cependant, si vous planifiez bien votre saison d’entraînement et de compétition, vous avez un avantage certain. Vous y trouverez des conseils et des astuces sur la manière de définir le bon parcours pour votre première saison de triathlon.

Phase 1 – Les bases sont importantes

L’hiver est le meilleur moment pour commencer la préparation générale et jeter les bases d’une saison réussie. Pendant la période allant de décembre à mars environ, les disciplines de la natation et de la course à pied sont au centre du programme, notamment en raison de la météo. Il est très important que vous vous concentriez en même temps sur un entraînement équilibré de la force, de la stabilisation et de l’athlétisme. En tant que bonnes alternatives d’entraînement en hiver, les randonnées à ski ou le ski de fond régulier apportent de la variété dans votre routine sportive quotidienne.

Phase 2 – La préparation du concours commence

Les mois d’avril, mai et juin sont consacrés à la préparation des compétitions. L’objectif est de vous préparer spécifiquement aux tâches à venir, voire à la compétition principale de l’été. Une grande partie du temps d’entraînement est désormais investie dans le cyclisme. Cette discipline est la partie la plus longue d’une compétition de triathlon et elle est généralement négligée pendant la saison froide en raison du temps. Des kilomètres de base calmes et faciles alternent avec des unités plus intensives de montagne et de contre-la-montre.

La compétition spéciale et l’entraînement en alternance sont très importants, mais on y prête souvent trop peu d’attention. Ici, vous devez aborder les distances de compétition étape par étape, par exemple avec un entraînement combiné (vélo et course à pied ou natation et course à pied). Vous pouvez choisir entre des séances courtes et intensives ou des séances plus longues et plus détendues. Il est fortement recommandé de vous familiariser avec votre équipement de compétition et d’entraîner le changement. Qu’il s’agisse de changer de chaussures, d’enlever son néoprène ou de fermer son casque, dans le stress de la compétition, on peut perdre beaucoup de temps ou oublier quelque chose d’important.

Phase 3 – Début de la saison de compétition

Les événements ciblés doivent être bien choisis et adaptés à la préparation. Pour commencer, il convient également de participer à quelques courses au printemps afin de s’habituer aux conditions de compétition. Pour les épreuves de triathlon de la saison principale (à partir de juin), il faut tenir compte de certains éléments. Les épreuves de sprint et de courte distance avec une durée de compétition allant jusqu’à 2 heures et 50 minutes peuvent être réalisées à un rythme d’environ trois semaines, pour les compétitions principales ou les distances plus longues (moyennes ou longues) une préparation spéciale est importante.

Conclusion

Même si vous ne voulez faire du triathlon qu’en tant que hobby et pour le loisir, la préparation aux compétitions doit être réaliste et raisonnable afin de ne pas risquer une surcharge ou une blessure. Si vos objectifs personnels sont plus élevés ou si vous souhaitez développer vos performances à long terme, il est judicieux de faire appel à un professionnel.

Conseils pratiques pour faire du vélo en hiver
Les avantages de la course à pied